jeudi, 27 septembre 2012

Kevin de Beyne-Heusay se trouve en Grèce et témoigne de la crise

kevin leloux 2.jpg

kevin leloux 1.jpg

Kevin Leloux est un habitant de notre commune, Beyne-Heusay. Il est historien et se trouve actuellement en Grèce à Athènes. Des débordements ont eu lieu et Kevin le vit donc de l'intérieur. Pour le blog, il a accepté de me livrer son témoignage. Comment il se rend compte de l'austérité que subit la Grèce en ce moment. Ses impressions. Le texte qu'il m'a envoyé, je vous le livre tel quel car j'estimais qu'il n'était pas à résumer. C'est une tranche de vie de sa part, de l'un de notre commune, qui se retrouve dans un pays qui a très difficile à l'heure actuelle.

Allons faire un tour en Grèce en compagnie de Kevin:

"Γεια σας (Bonjour),

Je m’appelle Kevin, historien spécialisé en Histoire ancienne (histoire grecque) et je suis actuellement à Athènes car j’ai reçu une bourse pour pouvoir préparer mon doctorat. Je loge ici à l’Institut néerlandais d’Athènes (dont la directrice est Belge) qui se situe en plein dans le quartier touristique juste à côté du musée de l’Acropole. Je suis dans la capitale grecque depuis juillet (mais je suis revenu en Belgique une semaine en août afin de participer à un colloque) et j’y reste jusque décembre.

Je peux vous dire que dès mon arrivée, j’ai tout de suite ressenti les effets de la crise: échoppes fermées, affiches "ενοικιαζεται" (à louer) et "πωλειται" (à vendre) sur bon nombre de vitrines des magasins vides, voitures abandonnées (car l’essence est trop chère: 1,90€ le litre de sans plomb 95), bâtiments abandonnés, mendiants à tous les coins de rues, etc.

Il faut d’abord savoir que le coût de la vie est plus au moins comparable à celui en Belgique mais que le salaire moyen d’un Grec est de beaucoup inférieur au salaire moyen belge: un Grec gagne en moyenne 900€/mois (en travaillant 8h/j, cinq jours sur sept). On comprend tout de suite mieux que pour eux, payer un loyer et nourrir sa famille relève de l’exploit; sans compter qu’un Grec sur quatre est au chômage...

La crise a pour effet de supprimer la classe moyenne, il n’y a plus que les "pauvres" et les "riches" maintenant. Depuis le début de la crise, le gouvernement a déjà coupé deux fois dans les salaires et les Grecs gagnent maintenant la moitié moins qu’il y a trois ans. Cependant, un des gros problèmes de la crise grecque, c’est que le gouvernement n’a aucun plan de relance, il presse le peuple sans plan à long terme; et cette crise n’est pas prête de se terminer, croyez-moi! Mais les Grecs ont vécu dans un système totalement différent de celui que nous connaissons en Belgique, par exemple: ils n’ont pas de cadastres et ne comprennent pas qu’il doivent payer tous les ans des taxes alors qu’ils sont propriétaires, de même ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent payer pour emprunter leurs propres autoroutes, etc".

kevin leloux 3.jpg

"Serviette hygiénique normale; la serviette de Merkel".

"De plus, la Grèce est le lieu privilégié pour tous les immigrants (car premier pays de l’UE en venant de la Turquie): il y a en Grèce plus d’un million d’immigrants illégaux! Et les Grecs en ont marre, c’est pour cela que le parti Chrisi Avghi (Aube Dorée), le parti néo-nazi, rencontre un franc succès. Le gros problème en Grèce reste la corruption, après avoir discuté avec un autochtone (j’espère que J. Milquet ne m’en voudra pas), ce dernier m’a rapporté que celle-ci touchait tous les secteurs de la vie grecque, tout le système est corrompu. Mais il faut préciser que les Grecs cherchent à tout prix un responsable de cette crise, car pour eux, ils n’y sont absolument pour rien et inventent des théories farfelues: pour eux, Angela Merkel travaille pour la C.I.A., que les anciens membres du gouvernement ne sont pas vraiment des Grecs mais Juifs élevés aux USA donc se foutent totalement du peuple, etc (je n’invente rien!)".

kevin leloux 4.jpg

"Je me suis retrouvé tout à l’heure (26 septembre), par hasard en revenant d’une conférence à l’école française, au beau milieu de la manifestation contre l’austérité (contre une troisième coupe dans les salaires). Au moment où je suis passé, ils étaient calmes et ne faisaient que crier leurs revendications. Mais arrivé à l’Institut néerlandais, j’ai entendu deux grandes explosions et après avoir regardé les infos, j’ai vu que c’était une poubelle qui avait explosé et un cocktail Molotov lancé par les manifestants contre les policiers qui ont ensuite dû utiliser les gaz lacrymogènes. Mais tout s’est très vite calmé car deux heures après il n’y avait plus rien (si ce n’est les débris de verre des abris-bus qui avaient été vandalisés et les vapeurs des gaz lacrymogènes). Mais il ne faut surtout pas croire que c’est la guerre civile ici! Les médias donnent une fausse image de la Grèce! Ce genre de manifestation n’arrive que très rarement, et je peux dire que je me sens totalement en sécurité. C’est comme à Liège, il vaut mieux éviter certains quartiers le soir c’est tout. Rien de dramatique.

Enfin, moi qui étais venu en Grèce en tant que touriste il y a trois ans, je peux assurer que la vie a bien changé dans le pays qui reste le berceau de notre culture. Cependant je tiens à souligner un fait et non des moindres: l’hospitalité grecque n’est pas un mythe! En effet, tous les Grecs sont très (trop) sympathiques, ils se proposent immédiatement si tu as besoin d’aide, ils t’invitent à manger chez eux, t’offrent à boire volontiers le tout sans rien attendre en retour (mais je pense que c’est commun aux cultures méditerranéennes), quoi qu’il en soit, c’est très différent de ce que nous connaissons ici en Belgique...

Je vous écris ceci pour vous donner mon point de vue en tant que témoin sur place. En gros, même si je ne soutiens pas toujours leurs actions (grèves à répétitions, manifestations qui tournent mal, etc.), je comprends totalement les Grecs. L’Europe veut les presser comme des oranges, mais à force, il n’y a plus de jus. Mais une fois la crise passée, je suis certain que la Grèce sera encore un des pays les plus agréables au monde et surtout, pour un historien comme moi, le pays le plus riche d’un point de vue culturel.

C’était Kevin Leloux pour Beyne-Heusay News, bonsoir".

Photos © Kevin Leloux; DR

06:15 Publié dans Entrevues, Vie quotidienne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : beyne-heusay, grèce, athènes, crise | |  Facebook | | |

Commentaires

Un bon compte rendu de la situation. Merci à toi Kevin et merci à Pino de relayer. En tout cas, je compatis à ce que vis le peuple grecque. Courage à ce peuple fière.

Écrit par : Nederlants | jeudi, 27 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.